La restauration de l'aile François 1er et de la salle des Etats Généraux du château de Blois s'est achevée au printemps dernier. L'ARCC, atelier de restauration conservation du centre, spécialisé en décors intérieurs et installé avenue de Verdun à Blois, a participé activement à la restauration des 8 000 m2 de décors peints.

Faisant suite à la restauration des planchers et des sols de faïence, l'ARCC, atelier de Brice Moulinier, est intervenu sur la conservation restauration des décors verticaux évoquant la Renaissance et réalisés par l'architecte Félix Duban en 1848.

moulinier_6_g

A cette époque, ce dernier fait preuve d'une grande fantaisie créatrice et s'inspire pour son décor peint de l'héraldique de François 1er et de motifs textiles du XVIème siècle. Effectuant une série de relevés dessinés et photographiés, il a permis à l'équipe de restaurateurs de différencier la part de la restauration de celle de la restitution.

Les décors s'organisent sur les murs, les portes et les cheminées. Les supports sont en bois, plâtre, toile et pierre. Les étapes de restauration sont nombreuses : pré consolidation, nettoyage, reprise des supports, restauration, dépose repose et passage des enduits colorés.

moulinier_1_d

Les plafonds ont été pris en charge par une entreprise partenaire de Fondettes (37), l'atelier Marc Philippe.

Douze conservateurs restaurateurs ont été employés sur cet immense chantier pendant 3 ans. La plupart des employés de l'entreprise étaient issus de l'école du Louvre, de l'école Boulle et d'écoles normales supérieures de France, d'Italie et de Belgique.

Ces conservateurs restaurateurs sont diplômés en arts plastiques, histoire de l'art, archéologie, arts visuels et sciences et techniques de la restauration.

Brice Moulinier, la cinquantaine active, a veillé sur cet aréopage presque entièrement féminin, secondé par sa collaboratrice Geneviève Moulinier et son conducteur de travaux Olivier Courtin : " Il faut être endurant physiquement, patient et ne jamais travailler dans la précipitation.C'est un métier de passion qui nécessite un vrai engagement avec l'obligation de travailler parfois dans le froid, notamment dans les églises, dans des positions souvent très inconfortables.  Nous opérons les bras levés, la nuque cassée, accroupis pendant de longues heures. C'est un travail d'une richesse incontestable. Les éléments manquants sont remplacés après une prise d'empreinte et un moulage, une authentique signature est retrouvée, des "rustines" de toiles peintes sont repositionnées, des fresques dissimulées sous la peinture acrylique réapparaissent. Notre intervention est réversible et les décisions interviennent après la concertation de l'équipe et l'accord des conservateurs".

moulinier_2_g

Diplômé de l'ICCROM, centre international pour la conservation des biens culturels de Rome, responsable de chantiers école de la maîtrise sciences et techniques à la Sorbonne, Brice Moulinier a accueilli durant les vacances scolaires des stagiaires et notamment des étudiants de maîtrise sciences et techniques conservation restauration et de l'Institut national du patrimoine.

Créé en 1976 à Tours, puis à Poitiers, l'atelier de restauration l'ARCC intervient comme sous-traitant auprès de structures indépendantes. En 1984, il se transforme en entreprise artisanale aux Roches Prémarie dans la Vienne et voit débuter son activité indépendante. En 1988, l'atelier est transféré à Blois. Au cours de ces trente dernières années, l'équipe est intervenue sur plus de 400 sites.

moulinier_3_d

Mercredi 24 octobre, FR3 a consacré son émission "Des Racines et des Ailes" aux conservateurs, artisans et architectes qui dirigent ou restaurent des dizaines de monuments.

"… Ils travaillent dans les palais nationaux, les musées, les ambassades, ce sont les gardiens des trésors de la République. Ils interviennent en France ou à l'étranger et font vivre un patrimoine exceptionnel …".

Ce fut l'occasion de retrouver Brice Moulinier à Moscou aux côtés de Dominique Richard, en charge du patrimoine au Quai d'Orsay, pour les premières recherches de décor de la maison Igoumnov, extravagante bâtisse néo russe, offerte à la France par Staline.

moulinier_4_g

Légendes photos :

1 – Douze conservateurs restaurateurs ont été employés sur cet immense chantier

2 – Il faut être endurant physiquement et ne jamais travailler dans la précipitation

3 – Parfois, une authentique signature est retrouvée

4 – Nous opérons les bras levés, la nuque cassée, mais c'est un travail d'une richesse incontestable

5 – L'escalier et les fresques de la maison Igoumnov à Moscou

www.bloispaysdechambord.com