Ce week-end en introduction à la saison 2013 – 2014, le Grand Théâtre de Tours a ouvert ses portes au public. C'était l'occasion pour tous : familles, enfants, initiés et curieux, d'assister en matinée à une répétition de Don Giovanni, opéra programmé les 11, 13 et 15 octobre prochains.

oct_2013_opera_tours_006Avec un Don Giovanni très convaincant incarné par Tassis Christoyannis, baryton d'origine grec sorti tout droit de la comedia del arte, et la jeune soprane franco nigérienne Omo Bello, très douée Donna Anna, le ton était donné dés l'arrivée.

Cet acte "Kdo" du célèbre opéra de Mozart mis en scène par Oriol Thomas s'achevant, la très nombreuse assemblée (à 20 h, on comptabilisait 5 500 visiteurs) a pu découvrir les mille et un secret des lieux : fosse d'orchestre, loges, balcons, foyer et tutti quanti.

Notons la cage de scène constituée de dessous sur 9 m, répartis en 3 niveaux et le monumental escalier, décoré de fresques de Georges Clairin, qui a toujours pour fonction de voir et d'être vu. Il est éclairé par deux femmes lampadophores, l'une représentant la comédie, l'autre la tragédie. Plus loin, le foyer, velours rouge et boiseries or, ouvre sur l'extérieur par de larges baies vitrées. Enfin deux escaliers de bois, plus modestes, conduisent à la deuxième galerie et au poulailler.oct_2013_opera_tours_014

Jusqu'en 1872, Tours ne possédait pas de théâtre digne de ce nom. A l'emplacement actuel se trouvait "la salle de spectacle" qui n'était simplement que l'ancienne église du Couvent des Cordeliers, vendue comme bien national à la Révolution, et transformée en théâtre en 1796. Ce n'est qu'après 40 ans d'hésitations que le Conseil municipal décide en 1867 la construction du premier théâtre municipal.

L'emplacement choisi est le même, inauguré le 8 août 1872 et baptisé Grand Théâtre de Tours. Il ne connaîtra  hélas qu'une existence éphémère. Le 15 août 1883, un incendie le détruit presqu'entièrement, à l'exception de la façade.

Il faut attendre le 23 novembre 1889 pour que le théâtre, conçu par l'architecte Jean-Marie Hardion, propose à nouveau ses 913 places au public.

Dirigé par Jean-Yves Ossonce, le Grand Théêtre de Tours est classé sur la liste des Monuments Historiques depuis 2000. Il abrite l'Opéra qui dispose d'un chœur permanent et d'ateliers pour la confection des costumes, décors et accessoires, et l'Orchestre Symphonique Région Centre Tours.