imagesCAW43MO0

Probablement construit sur les plans de Le Vau, l'Hôtel de Lauzun cache derrière sa façade discrète bien des secrets. Il en est cependant un qui est porté à notre connaissance. Beaudelaire, l'auteur des Fleurs du Mal et membre du Club des Hachishins, occupa 3 pièces au dernier étage. Son ami Théodore de Banville en vante "le fond d'élégance voluptueuse et farouche" et constate qu'il n'y trouve "ni de cabinet de travail, ni de table avec ce qu'il faut pour écrire, pas de buffet et de salle à manger, ni rien qui rappelait le décor à compartiments des appartements bourgeois (…) Il m'invita à déjeuner et tout de suite, comme par enchantement, le couvert se trouva dressé et une chère succulente fut servie par les soins d'un valet silencieux".

"J'ai connu, écrit Théophile Gautier dans ses soirées de l'Hôtel de Pimodan (nom que portait alors l'Hôtel de Lauzun), tous les hommes d'esprit de notre époque (…) Delacroix, Musset, Dumas, Balzac, Maxime Du Camp"…

La Ville de Paris est actuellement propriétaire des lieux et accueille dans cette splendide demeure des hôtes étrangers de marque.