La Demeure Historique, DH pour les initiés, vient de fêter ses 80 ans. Cette association, créée en 1924, regroupe châteaux, manoirs, manufactures, postes, banques, et sites historiques classés et inscrits au patrimoine.

Le 8 octobre dernier, dans l'abbaye cistercienne de Fontenay en Bourgogne de nombreux adhérents se sont retrouvés pour célébrer l'évènement.

La comtesse Anne-Marie du Pavillon, propriétaire du château de Beauregard et déléguée régionale pour les 6 départements de la région centre, a accepté d'en dévoiler les origines et rappeler les objectifs. A ses côtés, oeuvre Mme de Brantes, déléguée départementale du Loir et Cher.

1869, naissance de Joachim Carvallo à Don Benedito en Espagne. Orphelin d'un distillateur d'anis, recueilli par sa soeur aînée, Joachim entreprend des études de médecine à Paris. Puis il se marie avec la jeune américaine Anna Coleman, biologiste.

Le couple de scientifiques est passionné d'art et d'histoire et collectionnent les tableaux de maîtres du XVIIème siècle.

A la recherche d'un écrin pour exposer ces toiles, Joachim se porte acquéreur du château de Villandry. Tout est à refaire.

Aprés une année de travaux de restauration consacrée à la demeure, il faut recréer les jardins. 1924 sonne l'heure de la fin de cette gigantesque entreprise.

Devant l'oeuvre de destruction massive causée par la 1ère guerre mondiale, le docteur s'intéresse alors à la sauvegarde de ce qui peut encore l'être. C'est ainsi que la Demeure Historique voit le jour cette même année. 

" L'association est à la fois un groupement d'études artistiques et une Chambre syndicale de la propriété historique. Elle a pour but de rechercher, d'étudier et de faire connaître tous les immeubles, châteaux, maisons avec leurs parcs et leurs jardins, offrant un caractère historique ou artistique, de faciliter tout ce qui peut-être de nature à en assurer la défense, la conservation, la mise en valeur, conformément aux traditions de l'architecture française ".

demeure_historique

Joachim, véritable visionnaire, va utiliser les médias pour développer son association. En 2004, on recense 2 300 adhérents qui bénéficient des services d'assistance en matière de fiscalité, de travaux, de sécurité, de protection, de tourisme. L'association édite la revue trimestrielle des monuments historiques privés, et les 500 " Amis " de la DH ont un accés annuel illimité dans 120 demeures répertoriées grâce au passeport " La clé des châteaux, la clé des jardins ".

Actuellement, le petit-fils de Joachim Carvallo, Henri Carvallo, trésorier de la DH, poursuit l'oeuvre de son grand-père à Villandry.

Le centre, avec 200 adhérents, est la 2ème région de France de possesseurs de châteaux privés. Le Loir et Cher en compte 30. Trois propriétés classées et inscrites du 41 ont rejoint l'association en 2004, et parmi celles-ci Conon à Cellettes et Villelouet à Chailles.

A côté des réussites que sont Chambord et Chenonceau, les petites propriétés privées restent déficitaires.

L'entretien des sites est onéreux. Les revenus salariaux des familles ne suffisent plus à maintenir en état les demeures et leurs parcs, et les héritiers s'interrogent sur leur capacité financière à maintenir en état les lieux.

Les limites de propriétés se voient peu à peu " grignoter " par l'environnement urbain et résistent difficilement à la pollution. C'est actuellement le cas de Beauregard qui traite ces conifères atteints par les pluies acides.

Les préoccupations sont ainsi multiples et concernent, entre autres, les successions et l'environnement. Pour éviter la disparition pure et simple du patrimoine français, les propriétaires proposent des visites guidées, des chambres d'hôtes, organisent des manifestations, des expositions, louent leur demeure pour des tournages, mais les sites sont fragiles et les nuisances bien réelles.

Anne-Marie du Pavillon observe que : " Le conseil général du Cher semble actuellement le plus attentif aux difficultés des demeures historiques privées de la région centre. En effet, il subventionne les propriétaires qui dégagent les façades de leurs demeures et les rendent ainsi visibles par les voies de communication aux promeneurs et aux touristes. Deux effets positifs sont à retenir, le plaisir d'admirer le patrimoine et la valorisation de la campagne française. Il faut espérer que la politique de régionalisation redonnera un second souffle à la conservation de ces inestimables demeures qui participent à l'identité française, et comme le disait déjà Victor Hugo, chantre de la sauvegarde du patrimoine " Il y a 2 choses dans un édifice : son usage et sa beauté. Son usage appartient au propriétaire, sa beauté a tout le monde, à vous, à moi, à nous tous ".

ANNIE LELOUP